Orkney Islands #1 – faune & flore

Un an après notre deuxième road trip écossais, je vous invite à voyager avec moi sur les Orcades ! Cet archipel de 70 îles, dont seulement une vingtaine habitées, est situé au nord de l’Écosse, à presque 20 kilomètres du continent, entre l’archipel des Shetland et la région de Caithness. Prêt·e·s à découvrir des paysages vallonnés exceptionnels ? Suivez-moi !


En mai 2016, nous sommes donc partis sur les Orcades. Une envie de découvrir cette partie de l’Écosse que l’on ne connaissait absolument pas. L’Est et ses paysages sont complètement différents de l’Ouest des Highlands. Pourtant, on continue à en prendre plein les yeux.
L’archipel des Orcades, vallonné et très vert, est surprenant. C’est comme un monde à part, loin de tout, entouré par la mer et ses caprices. Ici, tout le monde se connait. Autant vous dire que vous ne passerez pas inaperçus dans la supérette du coin. Mais les habitants, très amicaux et accueillants, parleront facilement avec vous. C’est un vrai plaisir d’échanger avec elles et eux.

On s’y rend en bateau, depuis Gill’s Bay (Caithness) jusqu’à St Margaret’s Hope (South Ronaldsay) en une petite heure, grâce à Pentland Ferries.
Pentland Firth, c’est le nom du détroit. Un des détroits les plus dangereux… au monde. Vous savez ce qu’on dit à propos des marées de la baie du Mont-Saint-Michel ? Ce n’est rien comparé à ce que vous pouvez vivre ici. Mais pas d’inquiétude à avoir, promis ! En plus, avec un peu de chance, vous pourrez observer de belles créatures marines.


Phoques, guillemots, fulmars, macareux, … et plein d’autres magnifiques animaux. Il fallait absolument que je fasse un premier article sur la faune et la flore de l’archipel des Orcades qui est tout simplement incroyable. Une richesse qu’il est important de sauvegarder.
C’est à Marwick Head que j’ai vu pour la première fois un couple de macareux. Tellement adorables. J’étais aux anges.
Cette réserve est une véritable cité animée. Une colonie immense d’oiseaux marins nichent sur les parois rocheuses de la haute falaise. On a beaucoup de chance, puisque la meilleure période pour les observer sont les mois de mai et juin.
Attention : il est peut-être utile de vous le rappeler, pour vos petits nez sensibles, mais… qui dit oiseaux dit guano. Mais on s’habitue et on oublie. Mais si !

Nous nous estimons vraiment chanceux (et on nous le répète souvent). Nous n’avons quasiment jamais eu de pluie en Écosse. L’année dernière, après une traversée des Cairngorms sous 26°C, nous ne pensions pas avoir les mêmes températures plus au nord.
Bien contents du temps sec, on avait quand même un peu froid la nuit, sous la tente (il faisait 5-6°C). La première nuit, en tout cas. Ensuite, on avait nos petits coups de soleil pour nous réchauffer. Et non, on ne pensait vraiment pas en attraper. Donc, après une halte chez Tesco pour acheter de la crème solaire, on a pu reprendre nos activités sur l’île.


La vie sauvage orcadienne s’offre à vous. Partout. Même sur la route, alors attention !
Vous pouvez également partir à sa découverte : séances de plongée, croisière, … Ou balade le long des plages au sable blanc et aux eaux turquoises. Caraïbes ? Oui, on s’y croirait ! Mais croyez-moi, l’eau est un peu… fraîche.
Heureux d’avoir réussi à échapper aux 7 bus remplis de touristes allemands. Ça aussi, c’était impressionnant… Un énorme bateau MSC est apparu, un matin, et on a assisté (souvent de loin, heureusement) au ballet incessant de ces bus pleins à craquer. Ils sont restés une journée seulement, et ça n’a pas longtemps perturbé le calme et la tranquillité de l’île.

Dans le prochain article, je vous parlerai un peu plus de la célèbre baie de Scapa Flow, ses épaves mythiques, et de l’histoire, bien plus ancienne, de l’archipel en général.

Quelques liens utiles :
     ◦   Visit Britain : le site officiel du tourisme en Grande-Bretagne.
     ◦   Visit Orkney : le site de l’office de tourisme des Orcades.
     ◦   RSPB : l’organisation britannique pour la protection des animaux, compte près de 170 réserves naturelles pour les oiseaux.
     ◦   Visit Scotland : et bien entendu, le site de l’office du tourisme national écossais.

7 commentaires pour “Orkney Islands #1 – faune & flore

  1. J'adore tes photos, le bleus, la lumière… Oui, vous avez été chanceux ! Nous aussi, par moment, mais nous avons tout eu : soleil, vent, pluie grisâtre, tempête de neige… Heureusement que rien n'entrave la beauté de l'Ecosse ! Tous ces animaux, c'est sublime. Nous sommes des amoureux de la faune, alors forcément… Je ne savais pas qu'il y avait de Fulmars en Ecosse ! On en a beaucoup vu au Svalbard, ils ont été nos compagnons de route tout le voyage 🙂

  2. Merci Marion. 🖤
    Oui, très chanceux ! (et j'ai encore eu de la chance cette année, haha)
    J'ai quand même eu de la grisaille (mais pas de pluie) (bon, je ne vais pas me plaindre, hein) mais, en effet, rien n'entrave la beauté de l'Ecosse. Ça la sublime même !

    Oui, forcément… ♥ (et oui, il y a des fulmars en Ecosse ! toute la faune me fascinait !)

  3. Ma jolie Clémentine, la vie passe trop vite, les journées sont trop courtes, et je commente seulement maintenant ton bel article du 17 décembre, pardon… alors que pourtant, je rêvais de te lire, et j'attendais avec impatience ces images et histoires d'Orkney. Je l'ai vue en janvier et je l'ai adorée, mais alors sous le soleil d'été, j'aurais été folle amoureuse. Les macareux, les fulmars, les phoques, la lumière, le vert d el'herbe, le bleu de l'eau… il y a une qualité d'expérience en Ecosse, quelque chose de très fort et authentique, j'y suis vraiment sensible et tu le captures à la perfection. Je t'embrasse <3

  4. Aw, ne t'inquiète pas… Et tu n'as pas de raison de t'excuser ! J'ai pris du retard, moi aussi. Alors je ne vais pas te blâmer, haha. 💙

    Et moi comme j'aimerais les voir en hiver ! (surtout les îles Shetland, aaaah) En tout cas, le lever et le coucher du soleil était parfait. Il ne faisait pas nuit très longtemps. Et pas complètement nuit finalement…

    Je crois que notre rencontre avec ce petit couple de macareux est la chose la plus merveilleuse de ce voyage.
    Ça, et aussi ma conduite autour du Loch Ness. (J'ai une bucket list non-officielle et cela en faisait partie… faire le tour COMPLET de ce loch, haha).

    Tu as su très bien le décrire. De l'authenticité… J'aime l'Écosse pour ça. C'est peut-être de là que vient mon amour… et mon obsession. 😊

    Je t'embrasse fort !
    Xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.